Vue sur le parc

Samedi 30 septembre à 19h30
Comédie de Christine Atienza

Mise en scène : Stéphane Dausse. Avec : Sophie Rambeau, Aurélia de Roubaix, Karine Hervieux Causse, Nicolas Kandel et Stéphane Dausse.
Lumière : Tristan Vuillermoz. Entrée : 10€ et 8 €

Comédie de boulevard mêlant psychanalyse et adultère avec humour et dérision.

« Vue sur le parc est une pièce de boulevard plus fine et riche qu’il n’y parait, écrite dans les règles de l’art inhérentes à ce genre théâtral. Distraire, faire rire ou simplement sourire en rappelant au spectateur que la situation bien que comique lorsqu’elle est vécue par les per- sonnages de la pièce peut devenir plus amère, voire plus dramatique, lorsqu’on est parfois amené à les vivre soi-même, étant projeté dans un tourbillon semblable. Bref, même sous une allure légère se cache toujours un réel plus quotidien. (…)

J’ai déjà monté avec cette troupe du Obaldia, du Tchekhov, puis Les chutes du Zambèse de Daniel Soulier, Carnage de Yasmina Reza, Huis-clos de JP Sartre, et cette fois je vous propose cette comédie légère revisitée de Christine Atienza qui, j’en suis sûr, saura vous sé- duire et distraire ».     Stéphane Dausse.

Le Tour du monde en 80 jours et autres voyages…

les 27 et 28 juillet à 19h grande salle du Bœuf sur le toit.          

Aboutissement du stage de juillet un spectacle théâtral, musical et chorégraphié.

Phileas Fogg et ses complices engagent une course folle autour du monde : 80 jours pour en faire le tour. Courent un gentleman anglais, un valet de chambre français, une princesse indienne, trois détectives les plus nuls et les plus pathétiques de toutes les séries allemandes. Ils croisent, rencontrent et défient des bisons, des indiens, des joueurs de golf, des majordomes stylés et des lapins-chats en gibelotte.

Très librement adapté du roman de Jules Verne, cette histoire transporte public et acteurs à travers le monde, fait entendre des musiques exotiques, découvrir des gastronomies nouvelles : Suez, Bombay, Hong Kong, New-York …

Et puis, après le retour à Londres et le triomphe de la belle équipe, le voyage se poursuivra en France, à Saliès-de-Bearn. Aaaah ! Saliès-de-Bearn, son établissement thermal d’inspiration mauresque et ses cures d’eau salée, sa Crypte du Bayaà, son Casino ! Dans ce cadre exceptionnel et la magie de ces lieux, l’inspecteur Drive (toujours ivre) mènera sa dernière enquête criminelle.

De l’émotion, du dépaysement et de l’humour sans aggravation de l’empreinte carbone !…

Entrée : 4 et 8€

De Nosfératu à Belle-Poulette

Lecture musicale dans les jardins de Macornay, dimanche 4 juin à 16h30.

De Nosfératu à Belle-Poulette.

Avec Françoise Bénéjam et Michel Beuret.

Les monstres nous entourent, les vampires rasent les murs, les héros défenseurs de la veuve et de l’orphelin n’en mènent pas large, et les descendantes des dinosaures ont la langue bien pendues. Bizarre, bizarre, comme c’est bizarre.

– Je me demande si je ne suis pas en train de jouer avec les mots.

Et si les mots étaient faits pour ça ?    Boris Vian

Dans un jardin, lecture d’une histoire, ou deux, un peu de musique, une chanson, et l’on repart pour un autre jardin, son pliant sous le bras. Les histoires et les chansons s’égrènent au fil de la promenade.

Avec le Foyer rural de Macornay

Également le 17 juin à Saint Claude. Quartier des Avignonnets.

Krash (extraits)

Lundi 15 mai à 18h30, salle de l’Atelier de l’Exil.

Présentation de l’atelier de théâtre des enfants et ados. 

Texte : Jean-Yves Picq

Avec Erwan, Nathan, Rosalie, Maé, Chelsy, Fernand, Louis et Thibaud.

Ils ont démarré le travail fin janvier, ils se sont bien amusés avec ce texte, cet humour, et l’imaginaire de l’auteur, ils se sont confrontés à une écriture contemporaine ( pas facile, pas linéaire), et ils présentent leur travail. Entrée libre. Il est préférable de réserver.

Ça se passe peut-être après une catastrophe naturelle, ou un accident d’avion, ou dans un tableau de Picasso, ou plutôt, les personnages seraient issus d’un puzzle de tableaux de Picasso, ou jailliraient de la poubelle d’un savant fou … en tout cas, c’est le bazar ! D’ailleurs personne n’y comprend rien, d’autant plus qu’on y voit rien. Au commencement il y a bien le verbe, mais pas de lumière. Alors, on se marche dessus, on manque trébucher… Alors, ça râle, ça grince… Et puis fiat lux ! On se retrouve. Et les mêmes vieilles querelles reprennent. En tout cas, c’est vraiment le bazar.

Jean-Yves Picq a écrit une vingtaine de pièces, toutes représentées en France, certaines traduites et jouées à l’étranger.

Metteur en scène et comédien, il a collaboré avec de nombreux théâtres et compagnies tels que le TNP-Villeurbanne, l’Attroupement 2.

Auteur de livrets d’art lyrique ou de danse, il donne lui-même des lectures publiques,accompagné ou non d’un musicien.

Membre fondateur des Ecritures Vagabondes. Participe régulièrement à des résidences d’écriture à l’étranger.

3 Apéro-découvertes

Les  23, 24 et 25 mars à 19h salle de l’Atelier de l’Exil.Trois lectures musicales dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la francophonie. Trois apéros, trois univers d’écrivains francophones

Avec Françoise Bénéjam, Stéphane Dausse et Michel Beuret
Entrée : 6 €/ 15 € pour les 3 soirs.

Jeudi 23 mars à 19h.  Duel, passe d’armes d’écrivains

Deux amis, Christian Garcin et Pierre Autin-Grenier, tous deux écrivains, se lancent un défi : s’affronter en un duel littéraire. Les personnages fictifs Christophe Garçon et Paul Autan-Grognard vont rivaliser de hargne, de talent et d’humour dans l’espoir de gagner le prix : quelques bouteille de Châteauneuf-du-Pape. 

Vendredi 24 mars à 19h.  Haïti

Au menu, une nouvelle de René Depestre, où soif de désir, envie de jouissance, appétit et plaisir habitent chaque ligne du récit. Fiction libertine pleine de malice conclue par un échec : la jolie guide chinoise Faisanne dorée d’heureux augure ne veut rien savoir, le visiteur étranger Illustre hôte en sera pour ses frais.
Et puis, il y a l’histoire de Madeleine, racontée une nuit de pluie de juillet à Port-au- Prince. Et l’histoire d’Orisna, une jeune fille d’une rare beauté, qu’on emmena chez le Pape. Ces deux contes de sorcier sont rapportés par Gary Victor.

Samedi 25 mars à 19h.  Les cousins de Québec

De l’autre côté de l’Atlantique, Michel Tremblay raconte une soirée ratée et un fou rire terrible à l’opéra, sa boulimie de musique et de chansons, sa passion pour le glamour de Rita Hayworth ou Betty Grable. Il raconte l’été passé, un été d’enfance, à la recherche de Blanche-Neige et de son insipide conjoint le grand insignifiant Prince charmant. Et c’est beau, drôle et émou- vant. On aimerait bien arpenter les rues de Montréal la nuit, avec Michel Tremblay.

   

Nuit de la lecture

jeudi 19 janvier à 19h30
Apéritif en lecture et musique
Je sens me brûler une soif sauvage de sensations violentes…
Avec Stéphane Dausse, Françoise Bénéjam et Michel Beuret

La nuit de la lecture va vous faire peur… un petit peu, … et pas toute la nuit… seulement le début d’une nuit. Ensuite vous aurez jusqu’au petit matin pour repenser au fond de votre lit aux terribles histoires que nous vous aurons racontées et vous pourrez en rire, … ou faire des cauchemars. (Pour moi, j’aime bien les histoires qui font peur à condition qu’elles ne soient pas vraies !)

Tout particulièrement à votre intention, nous avons mis en action tout notre arsenal de sons inquiétants, de grincements sinistres et de couloirs obscurs, et nous avons convié trois auteurs machiavéliques sélectionnés avec amour. Nous avons concocté une soirée inquiétante, surprenante et j’espère passionnante. Équipez-vous de tranquillisants, d’anxiolytiques, et d’antidépresseurs, nous fournirons histoires, tisanes de valériane et tilleul assaisonnées de passiflore, et senteurs de lavande, autant de plantes reconnues pour leurs vertus apaisantes.

Le tour du monde en 80 jours

Le Tour du monde en 80 jours d’après Jules Verne
Lundi 6 et jeudi 9 mars à 19h30 grande salle du Boeuf sur le toit.
Spectacle avec les enfants des classes des écoles Jacques Prévert et Jean-Jacques Rousseau. 

Très librement adapté du roman de Jules Verne, cette histoire transporte public et acteurs à travers le monde, fait entendre des musiques, découvrir des gastronomies nouvelles : Suez, Bombay, Hong Kong, New-York,…

On voyage en train, en paquebot, en éléphant, en char à voile, et même… à pied.

Phileas Fogg et ses complices font le tour du monde ! Partout, Philéas mange local (!!!). C’est d’ailleurs sa principale occupation, en dehors du relevé méthodique de son parcours qu’il note dans son carnet de bord. Jusqu’au jour où il rencontrera la princesse Aouda !

Une course folle où se poursuivent un gentleman anglais, un valet de chambre français, une princesse indienne, trois détectives les plus nuls de toutes les séries allemandes. Où l’on rencontre des bisons, des indiens, des joueurs de golf, des majordomes stylés, et des lapins-chats en gibelotte.

Les enfants jouent à inventer ces pays lointains, ces voyages et ces aventures extraordinaires.

Et la dinde était froide

Spectacle criminel de Noël, façon Tea time,
accompagné de muffins et arrosé de thé, ou de glögg.
Vendredi 16 et samedi 17 décembre à 19h.
Dimanche 18 décembre à 17h.
Réservation vivement conseillée. Tarifs : 8 et 10 €

 

« C’est Noël… l’époque bénie où règnent la paix et le pardon des injures. Chacun doit aimer son semblable en ces jours de fête ! ».
Hercule Poirot se renversa dans son fauteuil, joignit les doigts et considéra son hôte pensivement.
« Alors, murmura-t-il, vous pensez que Noël est une saison peu favorable au crime ? »
« C’est bien ce que je viens de dire ».
Mais, mais, mais…
Comme tous les ans, l’oncle Philip mangeait sa dinde froide le 26 décembre, le « jour des boites ». Jadis, le lendemain de Noël, les riches mettaient leurs restes dans des boîtes et les offraient aux pauvres. L’oncle Philip, lui, mangeait de la salade de dinde froide chaque lendemain de Noël. Faut rien laisser perdre, ce serait du gaspillage d’argent, qu’il disait. Quand tout le monde était enfin parti… D’autres mangeaient leur rancœur, leur bonnet, leur chapeau, après avoir avalé quelques couleuvres !!
Et puis il y avait ceux qui, chargés de s’occuper du plat principal du réveillon, étaient arrivés avec une dinde vivante, une dinde qui n’avait pas voulu se laisser couper le cou, qui avait résisté et donné des coups de bec à qui l’approchait avec une intention meurtrière.
Enfin, il y avait le Christmas pudding, avec les pièces de six pence,… et l’arsenic. Joyeux Noël !

Sac à malices et pain d’épices

Histoires de Noël

Spectacle jeune public, pour les petits, les moyens et les grands.
Tout public : samedi 3 et mercredi 7 décembre à 14h30
Séances scolaires sur demande du 1er au 9 décembre.
Tarifs : 4,50 €

Dans le sac à malices de madame Alice
Un paquet d’histoires à raconter et à jouer.
Madame Alice plein de malices
N’est pas sans artifice :
Abracadabra, une histoire de rennes,
Patapouf et patratas, on a perdu le Père Noël
Peau de lézard et cancrelat, dans la cheminée il réapparaît
Perlimpinpin et zéphirin, tous les cadeaux sont arrivés.

Dans le sac à malices de madame Alice, un flot d’histoires à découvrir.
Madame Alice joue une version du spectacle pour les petits, les 3-6 ans, mais elle a aussi une version pour les plus grands, les à partir de 7 ans, jusqu’à 10 ans et bien au-delà, pour les rêveurs, les tout jeunes dans leur cœur, les amoureux de Noël, les mordus des guirlandes, des boules de sapin et des clochettes tintinnabulantes.

Madame Alice n’est pas seule, elle vient avec son chat PIcpus, ses marionnettes et son grand livre d’images. Elle vient aussi avec son voisin le jeune Mimile: il est musicien, il joue avec de drôles de machines à sons, à bruits. Il fait sonner des horloges invisibles, passer des trains, s’envoler des oiseaux et même chanter des pianos. Mimile n’est pas seulement musicien, il est aussi magicien.